Publication du code de Wonderbrush


  • Prédateur

    Wonderbrush est un éditeur d’images pour BeOS et Haiku.

    Au départ logiciel payant pour BeOS, une licence gratuite est accordée à tous les utilisateurs de Haiku (le développeur de Wonderbrush étant également contributeur de Haiku). La semaine dernière, le code source de Wonderbrush a été publié sous licence MIT, aussi bien pour la version 2 que pour la version 3 encore en cours de développement.

    Peinture avec Wonderbrush 2

    Fonctionnalités

    Les images Wonderbrush sont organisées en calques. Chaque calque contient des objets qui peuvent être modifiés : textes, formes, coups de brosse, etc. Les calques peuvent s’appliquer sous forme d’effets (masques, flou, etc.) les uns sur les autres. Les objets restent modifiables avec mise à jour du rendu.

    Les éléments sont placés avec une précision inférieure à 1 pixel pour un contrôle précis. Le rendu est effectué dans un espace RGB linéaire, qui est plus naturel. Le rendu utilise la bibliothèque AGG, qui permet d’avoir un antialiasing de très bonne qualité.

    Le mode de fonctionnement de Wonderbrush lui permet de s’adapter au travail en dessin vectoriel, aussi bien qu’à des utilisations plus “libres”, comme de la peinture numérique.
    Wonderbrush peut s’utiliser avec une tablette graphique, dans ce cas certaines propriétés s’ajustent à la pression sur le stylet (rayon, force, opacité).

    Un sticker pour Haiku

    Nouveautés de la version 3

    La version 3 de Wonderbrush est une réécriture complète pour corriger certains problèmes de conception. Le travail a démarré en 2007, mais Stephan Assmus, le développeur principal de Wonderbrush, n’a pas eu le temps d’y travailler depuis 2015. C’est ce qui explique son choix de publier le source sous une licence libre, en espérant que d’autres contributeurs pourront l’aider à faire aboutir le projet.

    Le rendu graphique est maintenant fait dans un ou plusieurs threads spécifiques. On a donc un aperçu en temps réel des modifications que l’on fait (par exemple, le contour d’une forme quand on déplace un point de contrôle), et un rendu de l’image aussi souvent que possible.
    Rendu interne en RGB linéaire 16 bit et pré-multiplié par le canal alpha, ce qui permet d’améliorer encore le rendu graphique des effets.

    Les calques sont organisés en arbre, plutôt qu’en simple superposition. Cela permet de mieux contrôler à quelles parties de l’image s’appliquent certains effets.

    Partage de “ressources” entre différents objets (qui peuvent donc partager la même forme, la même couleur, etc)

    Édition de texte directement sur la zone de dessin (pas dans une boîte de dialogue séparée) et possibilité de mettre en forme séparément chaque caractère.

    Une version Qt est également en préparation, pour permettre aux personnes ne disposant pas encore d’une installation de Haiku d’essayer le programme. Cependant, cette version n’est pas encore opérationnelle.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    https://linuxfr.org/news/publication-du-code-de-wonderbrush