Zero-K, le jeu de stratégie temps-réel libre


  • Prédateur

    Zero-k est un jeu libre (GPL v2) de stratégie temps-réel inspiré du jeu Total Annihilation. Ce n’est pas un simple clone, il change pas mal la façon de jouer, ce ne sont pas les mêmes unités par exemple. Zero-k est basé sur le moteur SpringRTS, qui existe depuis au moins 2005 et est à la base un clone de Total Annihilation mais qui finalement devient un moteur de jeu et permet de développer son propre jeu dessus.
    Zero-k

    Plus de détails dans la suite de la dépêche.

    Sommaire

    Je me souviens des toutes premières versions de springRTS ou j’arrivais juste a charger la carte et mon commander, puis j’oubliais un peu le projet et a chaque fois quelques années après je re-testais pour voir ce qu’il était devenu.

    Et il y a quelques temps, pareil, je me dis tiens, qu’est-ce qu’il devient ce projet SpringRTS ? Ah il y a une liste de jeux à choisir, tiens Zero-k je connais pas, je vais tester pour voir. Et là, la claque! Moi qui suis fan de RTS, sous Linux on ne peut pas dire qu’on est extrêmement gâtés (et d’autant plus si on se limite aux jeux libres). J’ai bien joué un peu a Globulation2 mais on s’en lasse rapidement car cela manque de profondeur, d’autant plus qu’il n’est plus vraiment développé. 0AD a l’air prometteur, mais il fait ramer ma machine rapidement et j’avoue que je ne retrouve pas le plaisir que j’avais avec un Age Of Empire. Peut-être faut-il encore attendre un peu qu’il mûrisse.

    Mais là avec Zero-k, on peut dire qu’on tient une pépite d’or, pour un jeu libre, il ressemble diablement à un jeu commercial de haute qualité. Il est en développement actif, quand j’ai commencé à jouer j’ai pu voir apparaître de nouvelles unités, de nouveaux modes de jeux, alors que le jeu paraissait déjà fini.

    Si vous voulez voir un peu le gameplay avant de l’installer, voici une video des deux premières missions de la campagne :

    Les ressources

    Contrairement à pas mal d’autres RTS, et dans la suite de Total Annihilation, les ressources sont un flux constant, si on ne l’utilise pas, c’est perdu. Il y a deux types de ressources : le métal et l’énergie. L’énergie peut être obtenue en construisant des panneaux solaires ou des éoliennes. Le métal lui doit être obtenu en construisant des extracteur sur les mines de métal. Ces mines sont réparties sur toute la carte, et c’est elles qui donnent toute la dimension stratégique : on ne peut pas se contenter de rester dans sa base, car qui contrôle les mines de métal gagne la partie.

    Les unités

    Ce jeu nous permet de contrôler des armées de centaines de robots de toute sortes, humanoïdes, tanks, avions, bateaux, araignées, robots géants et missiles nucléaires dans des batailles épiques remplies d’explosions. Chaque type d’unité est regroupé dans une usine, et le choix de l’usine de départ doit être fait en fonction du terrain (si y’a de l’eau partout, ne pas prendre les tanks par exemple).

    A noter une particularité : il n’y a pas d’arbre de technologie, ou du moins il est plat, on peut à tout moment construire n’importe quelle unité, même le Detriment qui est un robot géant qui généralement rase la base ennemie en quelques minutes en fin de partie. Mais comme il coûte extrêmement cher et qu’on a une petite économie au début, c’est illusoire de croire pouvoir le terminer avant que l’ennemi nous ait complètement détruit avec des petites araignées qui coûtent une misère et se produisent à une vitesse phénoménale. C’est d’ailleurs une erreur que font très souvent les débutants.

    L’interface

    L’UI de Zero-K semble être le raffinement de 40 ans d’expérience dans les UI de RTS : Vous vous souvenez de ce RTS ou vous ne pouviez lancer la construction que d’une seule unité en même temps, obligeant à constamment passer sur tous les bâtiments pour continuer la production ? C’est pénible et ce genre de petits détails sont souvent oubliés dans les RTS, quand on pense à un détail, on en oublie un autre comme permettre de donner l’ordre de construire plusieurs bâtiments a la suite.

    Dans Zero-k, la file de construction est infinie (il y a même un bouton “produire en boucle”) et on peut aussi dire : rajoute cet unité en début de file parce qu’il me la faut maintenant. En fait il y a tellement de petites fonctions pratiques que je ne pourrais certainement pas tout lister ici.

    Interface

    Concernant le déplacement des unités, il y a tout : bouger, attaquer, garder, patrouiller. Mais surtout, quelque-chose que je n’avais jamais vu avant : si on sélectionne un groupe d’unités et qu’on trace un trait avec la souris, elles iront se disposer tout le long de ce trait, on peut ainsi vraiment déployer ses unités sur de grands terrains. On peut également poser des lignes de bâtiments de la même façon. Voir

    pour une feature de guard sympa.

    Concernant les ordres qu’on donne aux unités, on peut les enchaîner en appuyant sur shift comme attendu, mais on peut également appuyer sur espace pour rajouter l’ordre au début de la file, ou shift-espace pour le rajouter au milieu de la file, automatiquement a l’endroit ou l’unité devra le moins marcher pour effectuer cette tache en plus.

    Pour les raccourcis claviers, on peut en placer sur n’importe quelle action du jeu, et il y a également des raccourcis clavier pour sélectionner des unités selon leur type, leur santé et d’autres paramètres. On peut même écrire des scripts pour définir des groupes automatique d’unité, pour les dingues de la personnalisation

    Le terra-forming

    Il est possible de changer la hauteur du terrain, pour construire des murs, ou au contraire aplatir pour laisser passer des véhicules, ou construire des rampes pour monter sur les falaises. Il y a des dizaines de raccourcis clavier pour orienter la pente comme on veut, choisir l’altitude en fonction de l’altitude d’un terrain de notre choix, suivre des lignes droites ou à main levée, et bien d’autres choses. J’ai été bluffé par autant de possibilité/complexité pour une feature que je pensais toute simple (voir :

    )

    Les modes de jeu

    Il y a les classiques comme le mode campagne (pas encore extrêmement développé), mode skirmish contre IA, et le jeu en ligne contre d’autres humains avec IA ou non. Une particularité : le mode Chicken, ou l’IA ne contrôle pas des robots mais une sorte de race extraterrestre. Des nids poussent de façon aléatoire sur la carte et des vagues d’unités toutes plus monstrueuses les unes que les autres arrivent successivement par vague de manière très similaire à un jeu de Tower defense.

    Chicken

    Contribuer

    Les contributeurs sont invités à lire le tout petit Guide des développeurs. Tout est bien organisé, déposé sur Github, y compris les graphismes: Ces derniers sont libres, comme indiqué sur la page Credits.

    Installation sous Linux

    sudo apt-get update
    sudo apt-get install mono-complete libsdl2-2.0-0 libopenal1 libcurl3
    mkdir Zero-K
    cd Zero-K
    wget https://zero-k.info/lobby/Zero-K.exe
    chmod u+x Zero-K.exe
    mono Zero-K.exe 
    

    (dispo également sous Windows)

    Conclusion

    Voila j’espère avoir fait le tour tant il y a de choses à dire, et j’espère vous avoir donné envie d’essayer ce jeu et pourquoi pas rejoindre la communauté très sympathiques de joueurs en ligne (entre 60 et 200 joueurs en permanence pour le moment)

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    https://linuxfr.org/news/zero-k-le-jeu-de-strategie-temps-reel-libre



  • oulllaaaa ca m’interessseeeeee.
    J’avais achetés les 3 suprêmes commander et j’avais adoré.
    je vais voir pour l’installer quelques part


  • Manchot Adélie

    Hum un total hannihilation :peace:

    Je crois que je vais l’installer dans le week-end :biere: