GIMP 2.10.20 : à votre santé !


  • Prédateur

    Alors que l’annonce précédente pour GIMP 2.10.18 a été publiée il y a peine plus d’un mois sur LinuxFr.org, voilà que GIMP 2.10.20 est déjà sorti !

    Comme à notre habitude maintenant, non seulement cette version contient son lot de corrections (plus de trente bogues corrigés), mais aussi plusieurs nouvelles fonctionnalités, dont certaines des plus excitantes ! En résumé : le recadrage non destructif (en recadrant le canevas sans supprimer les pixels hors cadre), une meilleure prise en charge du format PSD, des contrôles sur le canevas pour le filtre Médaillon, de nouveaux filtres (Bloom, Flou de focus, Flou de l’objectif (Lens Blur), Flou variable), etc.

    Cette dépêche est une traduction libre de l’article en anglais publié le 11 juin dernier sur le site gimp.org.

    Bonne santé à tous ! par Aryeom, CC By‑SA 4.0 Bonne santé à tous ! par Aryeom, Creative Commons By‑SA 4.0

    Sommaire

    Nouvelles fonctionnalités

    Améliorations de la boîte à outils

    Nous avons pris en compte les retours d’utilisateurs sur les outils groupés apparus dans la version précédente. Beaucoup ont apprécié globalement ce changement, mais détestaient le clic pour ouvrir la liste des outils regroupés. Dans cette nouvelle version, une option permet de montrer le contenu des groupes d’outils au survol de la souris. Cette option est activée automatiquement quand la boîte à outils est disposée sur une seule colonne, mais peut également être activée pour toutes les dispositions, ou complètement désactivée, en allant sur la page Boîte à outils de la fenêtre des préférences.

    Lorsque cette option n’est pas utilisée, les bulles d’aide listent maintenant tous les outils d’un groupe, pour les rendre plus visibles.

    Liste des outils dans un groupe d’outils Liste des outils dans un groupe d’outils

    Découpage non destructif

    Par défaut, GIMP fait maintenant un découpage non destructif : au lieu de supprimer les pixels hors de la découpe, ce qui modifie les calques et le canevas, on redimensionne tout simplement le canevas. Si vous exportez l’image, elle contiendra seulement ce qui est inclus dans le canevas.

    L’avantage est (au moins) triple :

    • on peut retrouver l’image non découpée par le menu Image > Ajuster le canevas aux calques, aucun de vos changements entre la découpe et le retour à l’image non découpée ne disparaîtra ;
    • si vous enregistrez votre projet au format XCF, vous pouvez quitter GIMP, rouvrir plus tard et annuler le découpage — ou découper différemment ;
    • lorsque vous doutez de votre découpage, vous pouvez toujours voir les pixels découpés en allant dans le menu Affichage > Tout afficher.

    Pour retrouver l’ancien fonctionnement « destructif », cochez la case « Supprimer les pixels découpés » dans les options de l’outil de découpage.

    Découpage non destructif Découpage non destructif

    Améliorations et ajout de filtres

    Le filtre « Médaillon » se dote d’une interface visuelle

    Le filtre Médaillon (Vignette en anglais) a maintenant des contrôles sur le canevas permettant de manipuler visuellement sa géométrie plutôt que d’entrer des valeurs numériques dans une fenêtre de dialogue. Quelle que soit la « forme de vignette » que vous choisissez, il est toujours possible de manipuler l’intérieur — qui reste inchangé, la limite du filtre où les pixels n’évoluent plus, ainsi que le point médian entre les deux. Faire glisser la souris au‑delà des contrôles extérieurs permet de tourner la forme de la vignette.
    Deux nouvelles formes de vignette ont été ajoutées : « Horizontal » et « Vertical » (pouvant également être tournées).

    Le filtre Médaillon Le filtre Médaillon

    Trois nouveaux filtres de flou

    Trois nouveaux filtres se destinent à l’imitation des flous de mise au point.

    Flou variable prend pour base un calque ou un canal pour décider des pixels à flouter (en proportion d’une valeur maximale de flou définie par l’utilisateur) et des pixels à ne pas modifier, pour ensuite appliquer un flou gaussien.

    Le filtre « Flou variable » Le filtre « Flou variable » / image Raphaël Bacco

    Flou de l’objectif (Lens Blur dans le logiciel) a le même fonctionnement mais avec l’imitation bien plus réaliste d’une perte de focus permettant l’exclusion d’objets nets au premier plan, grâce à la mise en lumière (Highlight dans le logiciel) de l’arrière‑plan flouté. Vous pouvez également contrôler les seuils d’activation de cette mise en lumière.

    Le filtre « Lens Blur » Le filtre « Flou de l’objectif » (Lens Blur)

    Flou de focus propose une interface simple pour créer des flous de mise au point, en utilisant les mêmes outils de manipulation visuelle que le filtre « Médaillon ». Vous pouvez choisir la méthode du flou gaussien ou celle du « Flou de l’objectif ». Une des utilisations de ce filtre est la création de fausses scènes de miniatures imitant les techniques photographiques — la méthode physique originelle pour obtenir cet effet utilise un décalage de lentille qui modifie le plan de mise au point.

    Le filtre « Flou de focus » Le filtre « Flou de focus » / image : Matt McNulty

    Le nouveau filtre Floraison (Bloom dans le logiciel) crée un effet très similaire à ce que l’on peut obtenir avec le filtre « Lueur douce », mais contrairement à ce dernier, il ne désature pas l’image. En pratique, Floraison isole les zones mises en lumière, les adoucit, puis les recombine avec l’image initiale.

    Le filtre « Floraison » Le filtre « Floraison » / image : Brocken Inaglory

    Améliorations de la fenêtre de dialogue des filtres

    La fenêtre de dialogue des filtres GEGL possède une nouvelle option de fusion (Blending ou « Options de dégradé » dans le logiciel), qui permet de contrôler le mode de fusion et l’opacité avec lesquels un filtre est appliqué sur l’image initiale. Cette option remplace la fonction de fondu, qui a été supprimée dans la version 2.10.10.

    Autre nouveauté : l’aperçu des filtres reste maintenant en mémoire même lorsqu’il est désactivé, ce qui permet de basculer rapidement entre les vues originale et filtrée.

    Meilleure prise en charge du format PSD

    GIMP pouvait déjà ouvrir des fichiers PSD à haute densité de couleurs (16 bits par canal). Dorénavant, ces mêmes images peuvent également être exportées dans ce même format. De plus, les canaux sont maintenant exportés dans le bon ordre, et dans leurs couleurs originelles.

    Autres changements

    • les différents outils de peinture peuvent maintenant sauvegarder et charger les configurations d’opacité et le mode de fusion dans des préréglages ;
    • le format CR3 de Canon est à présent reconnu par GIMP et envoyé au logiciel de traitement brut (raw) de votre choix ;
    • le greffon TWAIN pour l’acquisition d’image par numériseur (scanneur) a été légèrement réécrit et gère maintenant les images 16 bits en RVB ou niveaux de gris ;
    • les greffons PNG et TIFF ont dorénavant pour comportement par défaut de ne pas enregistrer la valeur des couleurs lorsqu’un canal alpha est présent et a pour valeur 0, ce changement fait suite aux problèmes de fuite de données lorsqu’on se contente de découper des morceaux d’image pour en cacher le contenu en y laissant de la transparence ;
    • le greffon PDF importe à présent les pages d’un document de bas en haut, comme pour les formats d’animation et comme les options par défaut d’exportation PDF ; cela apporte une plus grande cohérence, mais casse le fonctionnement des scripts tiers qui reposaient sur cette fonctionnalité.

    GEGL et babl

    Comme d’habitude, la sortie de GIMP est accompagnée par de nouvelles versions des bibliothèques babl et GEGL.

    La nouvelle version de babl comporte surtout des corrections de bogues et des améliorations de performance, comme l’utilisation des instructions AVX2 pour la conversion des données gamma u8 vers des flottants linéaires (accélérant ces conversions d’un facteur 1,25 à 2,2). Elle apporte aussi la génération de fichier VAPI pour l’intégration Vala, utile depuis que la branche instable de GIMP prend en charge la création de nouveaux greffons en Vala.

    Les changements majeurs de GEGL sont :

    • de nouvelles fonctionnalités pour la gestion de métadonnées non EXIF, ajouté pour l’importation et l’exportation de divers formats de fichier de manière générique ;
    • une interpolation cubique plus rapide et plus douce ;
    • GEGL échoue proprement (au lieu de planter le programme en erreur de segmentation) lorsqu’elle manque d’espace d’échange mémoire (swap) ;
    • l’opération « Chroma » a été corrigée pour éviter de modifier la teinte et la chrominance des couleurs neutres (nuances de gris) ;
    • l’opération « Ombre portée » propose maintenant une option pour agrandir l’ombre, notamment avec un décalage X/Y à 0 et une ombre agrandie — on peut se servir de cette opération pour tracer ou « contourer » un calque de texte ou une image.

    En outre, les nouvelles opérations suivantes ont été ajoutées (certaines ayant déjà été décrites plus haut) :

    • border-align : aligne une image aux bords d’une autre ;
    • pack : joint deux images en une, avec un écart optionnel ;
    • piecewise-blend : utilise une carte de niveaux de gris en index pour combiner une liste d’images comme une LUT (opération utilisée par les nouvelles opérations de flou) ;
    • reset-origin : déplace le coin haut gauche à l’origine (0, 0) ;
    • band-tune : égaliseur de bande paramétrique pour régler des bandes de fréquences d’image.

    Contributeurs

    Ont contribué à cette version : Ell, Jehan, Jernej Simončič, lillolollo, luz.paz, Marco Ciampa, Michael Natterer, Michael Schumacher, Nikc, Øyvind Kolås, pesder, Sabri Ünal, Salamandar, Sergio Jiménez‐Herena, Simon Budig, T. Collins et woob.

    Ont contribué aux traductions : Alexandre Prokoudine, Anders Jonsson, Bruce Cowan, Cristian Secară, Daniel Korostil, Daniel Șerbănescu, Dimitris Spingos, Jiri Grönroos, Jordi Mas, Nathan Follens, Piotr Drąg, Rodrigo Lledó‑Milanca, Sabri Ünal, Seong Ho Cho, Tim Sabsch, Yuri Chornoivan et Georgy Timofeevsky.

    Nous remercions également lillolollo, nmat, et Michael Schumacher pour avoir trié les rapports de bogues, ainsi que Julien Hardelin pour la mise à jour du manuel de l’utilisateur.

    La suite

    Nous finalisons actuellement le développement de la version 2.99.2, la première version instable de la série 2.99 qui mènera à la version 3.0.

    Nous savons que cette version est attendue par des publics variés, des peintres numériques (notamment avec le branchement à la volée de tablettes graphiques) jusqu’aux photographes possédant des écrans 4K (les tailles d’icônes leur sont maintenant adaptées), en passant par les personnes qui voudraient simplement supprimer GTK+ 2 et Python 2 de leur système d’exploitation.

    Cependant, un avertissement est nécessaire. Le temps de récolter les retours d’expérience et les rapports de bogue, nous ne recommandons pas la prochaine v2.99.2 pour un usage en production. Il y aura des améliorations comme des régressions par rapport à la série 2.10.x. Tous les détails seront publiés lorsque cette version sera (bientôt) publiée.

    En attendant, n’oubliez pas que vous pouvez faire un don au projet et soutenir individuellement plusieurs membres de l’équipe. C’est une manière de récompenser les efforts accomplis, et d’accélérer le développement de GIMP.

    Télécharger ce contenu au format Epub

    Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

    https://linuxfr.org/news/gimp-2-10-20-a-votre-sante


Log in to reply